Les 13èmes rencontres de l’imaginaire à Sèvres

13èmes rencontres de l'imaginaire - Illustration : Aurélien PoliceChaque année, la ville de Sèvres accueille les « Rencontres de l’imaginaire », le grand rendez-vous des fans de science fiction et fantasy (voir notre article sur l’édition précédente). Pour cette 13ème édition, rencontres et dédicaces avec les auteurs, pas mal d’expositions, des conférences, et bien sur la traditionnelle remise du prix ActuSF de l’Uchronie ! Cette année, l’invité d’honneur était l’écrivain britannique Brian Stableford !

 

Avant toute chose, nous rappelons que ce compte-rendu n’est pas exhaustif, car entre les expos, dédicaces et conférences, et le clonage n’ayant pas encore été démocratisé, nous n’avons pas pu tout faire. Ainsi nous ne vous parlerons pas des conférences qui étaient regroupées à l’Esc@le, tout simplement parce que nous n’avons pas pu y aller…Mais heureusement on peut compter sur ActuSF qui les a enregistré et dont voici les liens :

  1. La science fiction française des origines à 1950
  2. Jean Ray, aujourd’hui
  3. Les 20 ans du Bélial
  4. Entretien avec Brian Stableford

Expo Pulp Science Fiction afficheCar ces Rencontres de l’imaginaire se déroulent en quatre lieux distincts mais proches.
Du côté de la Médiathèque se trouve l’exposition « Pulp Science-Fiction », réalisée par Jean-Yves Freyburger. À l’occasion de la naissance du premier pulp (Argosy) en 1896 et du premier pulp entièrement consacré à la science-fiction (Amazing stories) en 1926, sont exposés – et ce jusqu’au 17 décembre 2016 – des magazines rares et fragiles, issus d’une collection privée. On y découvre l’imaginaire d’une certaine époque, peuplé de robots, de monstres et voyages sur Mars !

Qu’est-ce qu’un « Pulp » ? Il s’agissait de magazines de fiction (romance, fantastique, polar, science-fiction etc.) peu coûteux, imprimés sur du papier à base de résidus de fibres de bois (woodpulp), et très populaires aux États-Unis durant la première moitié du xxe siècle.

 

Bifrost / Bélial - expoAu Sel, à l’entresol, le public peut découvrir jusqu’au 21 décembre l’exposition « Bifrost et les éditions du Bélial : 20 ans d’histoire en images », une sélection des plus belles couvertures de la revue Bifrost ainsi que des livres du Bélial, illustrées notamment par Nicolas Fructus (dont une des illustrations ornait l’évènement « Bâtisseurs de mondes » à la bibliothèque Rilke), Manchu, ou encore Aurélien Police (qui a signé l’illustration de l’affiche des rencontres de cette année).

Dans l’espace Galerie était exposé « L’univers de François Baranger », présenté par la galerie Bureau 21. Illustrateur et directeur artistique, il travaille dans l’industrie du jeu vidéo, du cinéma, mais aussi la bande dessinée et l’édition. Cette expo vaut elle aussi le coup d’oeil et reste présente jusqu’au 21 décembre.

Florent et Adrien Ufferte (We Are Bots) portrait

Florent et Adrien Ufferte (We Are Bots)

Juste à côté nous avons rencontré 2 membres du jeune studio de développement We Are Bots, Adrien Ufferte (CEO et Lead Developer) et Florent Ufferte (Community Manager). Ils nous ont présenté D.I.E (Drift Into Eternity), un jeu de survie prometteur dans un univers de science-fiction, et en réalité virtuelle (VR) grâce au casque open source « OSVR HDK2 » de chez Razer. Très sympas, ils nous ont proposé un early access du jeu (on les remercie beaucoup!) et nous prévoyons de les interviewer ultérieurement pour en apprendre plus sur ce projet.

Nous avons encore croisé beaucoup de monde évidemment (voir galerie ci-dessous). Près de 80 auteurs et illustrateurs de science-fiction était sur place, de même qu’une trentaine d’associations, de maisons d’édition et de magazines spécialisés au Sel. Michel Borderie (qui au passage m’a fait une Bat-dédicace sur son carnet de croquis) était présent en compagnie d’Anaïs Cros, auteure des Lunes de Sang aux éditions Armada. Romain d’Huissier, et ses ouvrages Les 81 frères (que nous avions chroniqué ici) et sa suite La Résurrection du dragon. Romain Lucazeau, avec Latium tome 1 et 2 (chroniqué aussi il y a quelques jours a peine), Stéphane Przybylski avec le 3e tome de sa tétralogie Origines, intitulé Club Uranium, ou encore Bénédicte Taffin, qui présentait L’héritier de Clamoria et Les yeux d’Opale. N’oublions pas les « petits éditeurs », avec notamment David Meulemans des éditions « Aux forges de Vulcain », ou « Le Visage Vert » ! Nous avons pu faire des interviews de certains de ces auteurs, qui arriveront bientôt sur lemontdesreves.fr.

Enfin, Bernard Queruel, peintre-sculpteur, qui a réalisé le trophée du prix ActuSF de l’Uchronie de cette année, était tranquillement en train de sculpter sur place ! Bref, encore une année prolifique aux Rencontres de l’imaginaire !

A noter que l’exposition « Lohran : Melting Universes » que nous n’avons pas vu, à l’air intéressante et sera visible jusqu’au 9 décembre à l’Esc@le !

Un grand merci à Jean-Luc Rivera, ActuSF (Jean Rébillat et Bertrand Campeis), aux auteur(e)s présent(e)s qui ont joué le jeu des interviews (Romain d’Huissier, Anaïs Cros, Romain Lucazeau et Stéphane Przybylski) ainsi qu’aux autres aussi évidemment ! Dédicace à Erwann Perchoc pour ses bons conseils. Merci enfin à Stephanie Lloret pour son accueil chaleureux à la médiathèque.

Les 13èmes Rencontres de l’imaginaire – Science Fiction et Fantasy – 26 novembre 2016
Illustration de l’affiche du festival : Aurélien Police

Le Sel – 47 Grande-Rue – 10 h 30 – 18 h 30
L’esc@le – 51, Grande-Rue – 11 h – 18 h
Médiathèque de Sèvres – 8, rue de Ville-d’Avray – 10 h – 18 h 30
La Mezzanine – Hôtel de ville – 54, Grande-Rue – 8 h 30 – 12 h
Renseignements : 01 41 14 12 13

Le Mont des Rêves

Le Mont des Rêves

Si vous voyez ce cadre, c’est que cet article a été écrit au moins à quatre mains, qui ont fusionné pour donner naissance au Mont des Rêves ! :D

4 commentaires

  1. merci d’être passé voir l’expo qui durera jusqu’au 17 décembre ( pas le 15) , profitons-en 🙂 petit soucis d’internet jusqu’à la fin de la semaine , je vous envois la doc après

  2. Super festival annuel ! Et, on peu pas être au four et au moulin, aussi je n’ai hélas pas pu voir l’expo du copain Lohran à l’Esc@le, (mais on a pu déjeuner ensemble avec Anaïs et Manchu).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *