Au-delà des murs – Une mini-série plutôt réussie !

Au-delà des murs afficheAu-delà des murs, mini série fantastique franco-belge, produite par Lincoln TV, et co-produite avec Arte France, est la nouvelle création des scénaristes Marc Herpoux et Hervé Hadmar, auteurs des séries françaises Les Oubliées, Pigalle la nuit, Signature et Les Témoins. Et c’est plutôt réussi !

 

Lisa, femme solitaire travaillant comme orthophoniste dans un hôpital pout enfant, hérite d’une grande maison située juste en face de chez elle. Mais elle ne connaît pas du tout la personne dont elle hérite, un certain André Bainville, apparemment décédé depuis 30 ans. Le premier soir de son emménagement, elle entend des bruits et une voix, qui viennent de derrière le mur du salon. Elle le casse, et découvre une porte…

Lisa, qui n’a clairement pas une vie palpitante (Elle dit a son entourage qu’elle est mariée, alors qu’elle vit seule dans un appartement froid, grand et vide, aux cartons non déballés, et dort sur un matelas à même le sol) se retrouve embarquée dès lors dans un lieu dénué de repères, ou les portes ne semblent pas mener deux fois au même endroit. Elle va y faire la connaissance de Julien, qui s’est perdu ici depuis quelque temps. Mais ils ne sont pas les seuls à rôder dans la maison.

Au-delà des murs 1

Qu’y a-t-il derrière les murs ?

On ne vous en dit pas plus évidemment, mais tout au long des trois épisodes que compte cette mini-série, on suit les pérégrinations de Lisa et Julien, mais aussi d’autres personnages. L’ensemble est bien construit, et nous propose des séquences oniriques rarement vues dans une fiction française, ainsi que de nombreuses références cinématographiques, vidéoludiques et littéraires.
Au-delà des murs parvient à instiller une ambiance fantastique particulière tout en évitant l’emploi de l’horreur pure, du gore ou des « jump scares ». La mise en scène est sobre, les décors sont réels (en Belgique, dans des lieux abandonnés ou des lieux désaffectés), le rythme est lent (mais pas mou) laissant place a l’onirisme et la poésie. Des éléments trop peu souvent utilisés pour représenter la psychologie des personnages‎, les fictions françaises restant la plupart du temps très terre-à-terre face à ce genre de sujet. Le casting est assez convaincant, même si l’actrice flamande Veerle Baetens (Lisa) paraît parfois peu surprise par ce qui lui arrive. Mais cela n’enlève en rien la qualité de cette mini-série.

Bien sûr on n’échappe pas à quelques clichés ou maladresses, mais le tout est cohérent, et ce jusqu’à la fin. La conclusion, même si elle n’est pas inédite (faisant penser au très bon La casa del fin de los tiempos, un film d’Alejandro Hidalgo datant de 2013, inédit en France, mais que l’on vous conseille fortement) est néanmoins suffisamment puissante et poétique pour boucler la boucle et donner un sentiment d’accomplissement et de finition à cette histoire. Une belle représentation de la psyché humaine !

au-dela_des_murs_2

Conclusion

Très bonne surprise que ce Au-delà des murs, à la réalisation soignée et au scénario intéressant. Même si l’ensemble n’est pas parfait, les séries fantastiques françaises (ou franco-belges) de cette qualité ne sont pas courantes, et un petit vent de fraîcheur fantastique en France ça ne fait pas de mal !

On vous conseille aussi de lire l’interview des scénaristes et co-créateurs de la série Marc Herpoux et Hervé Hadmar (idem). Enfin, ne regardez pas le trailer trompeur disponible, qui en dit trop et donne l’impression que l’action se déroule à 100 à l’heure, ce qui est complètement faux.

 

Pour aller…au-delà des murs :

Thomas LEROUX

Thomas LEROUX

Passionné de ciné (fantastique, science fiction, mais pas que), séries, animes, jeux vidéo etc. Thomas Leroux cherche la petite bête partout où elle se cache. Accessoirement, il est aussi co-créateur (avec Gillen Azkarra) et administrateur du site Le Mont des Rêves ! (mais pas que...)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *