Fullmetal Alchemist – L’alchimie n’opère pas vraiment…

Fullmetal Alchemist film afficheAprès la déception procurée par Death Note (voir Death Note (2017), un carnet bourré de fautes !), Netflix a mis en ligne le 19 février Fullmetal Alchemist (Hagane no renkinjutsushi, littéralement « l’alchimiste d’acier »), adaptation live du manga du même nom. Mais contrairement à Death Note, il s’agit ici de la 1ère adaptation de ce manga, et c’est une production japonaise !

 

Dans le pays d’Amestris, Edward et Alphonse Elric, deux frères alchimistes, échouent à ramener à la vie leur mère décédée, en enfreignant la loi interdisant la transmutation humaine. En conséquence, Alphonse perd son corps, et Edward sa jambe gauche. Il accepte de sacrifier aussi son bras droit pour sauver de justesse l’âme de son frère, qu’il parvient à relier à une armure de métal. Devenu plus tard Alchimiste d’acier (Fullmetal Alchemist) et travaillant pour l’état, Edward part avec son frère en quête de la légendaire pierre philosophale, qui serait capable de réunir le corps et l’âme d’Alphonse…

Fullmetal Alchemist film - Alphonse Elric

Le personnage d’Alphonse en CGI est très réussi !

Première adaptation live (avec de vrais acteurs) du célèbre manga du même nom d’Hiromu Arakawa, Fullmetal Alchemist était attendu depuis bien longtemps. En effet, le manga a été publié entre 2001 et 2010, et les 2 séries animées (Fullmetal Alchemist en 2003-2004, et Fullmetal Alchemist Brotherhood en 2009-2010, plus fidèle au manga), ayant chacune un film servant de conclusion (Fullmetal Alchemist: Conqueror of Shamballa en 2005, et Fullmetal Alchemist : L’Étoile sacrée de Milos en 2011), sont déjà passées par là depuis quelque temps. Cette nouvelle adaptation arrive donc un peu tard, mais mieux vaut tard que jamais…ou presque…

Reprenant les grandes lignes du manga, ce premier film en adapte environ un tiers, tout en prenant des libertés par rapport au matériau original. Il est donc fort probable que deux autres films fassent leur apparition prochainement pour conclure l’histoire. Jusque-là, rien de bien original, puisque la plupart des adaptations du même genre sont souvent découpées en plusieurs films.
Malheureusement l’ensemble se révèle assez brouillon pour qui ne connaît pas du tout l’univers du manga, et les libertés prises ne sont pas forcément bonnes. D’autant plus que l’on a l’exemple de la première série animée, qui avait prouvé que l’on peut proposer une excellente histoire tout en se démarquant de celle d’origine.
En allant trop vite pour brasser le plus de choses possibles, Fullmetal Alchemist souffre paradoxalement de problèmes de rythme, avec de gros passages a vide. On s’ennuie poliment assez rapidement (et ça dure 2H15…), et ce, malgré quelques scènes pourtant assez réussies.

Fullmetal Alchemist film - Edward Elric

Edward Elric, avec sa belle perruque blonde.

On a donc un peu de mal à accrocher au film, la mise en scène assez fade, les perruques et le jeu très inégal et souvent forcé des acteurs n’aident pas vraiment non plus. Adapter un manga est déjà une difficulté en soi, mais la position adoptée ici est un entre deux très bancal.
On a parfois plus l’impression d’assister a un spectacle de Cosplay qu’à de véritables personnages.
Les effets visuels sont eux aussi inégaux, certains assez réussis (l’armure d’Alphonse), et d’autres complètement ratés (Glutonny). C’est d’autant plus dommage que les décors et costumes sont très corrects.

Conclusion

Trop long et inégal, Fullmetal Alchemist ne marque pas les esprits. Mis à part quelques scènes très correctes, la mise en scène est trop fade et le rythme trop faible, ne rendant pas le film mémorable.

https://youtu.be/Q-i874Nmh9Q

Hagane no renkinjutsushi – 2017 – Réal : Fumihiko Sori – Distrib : Netflix – 135 min

Thomas LEROUX

Thomas LEROUX

Passionné de ciné (fantastique, science fiction, mais pas que), séries, animes, jeux vidéo etc. Thomas Leroux cherche la petite bête partout où elle se cache. Accessoirement, il est aussi co-créateur (avec Gillen Azkarra) et administrateur du site Le Mont des Rêves ! (mais pas que...)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *