Jo Walton – Mes vrais enfants

Jo Walton - Mes vrais enfants afficheAujourd’hui, sort dans toutes les bonnes librairies le nouveau roman de Jo Walton, Mes vrais enfants, aux éditions Denoël Lunes d’encre. Et, ô joie, cette chronique est notre première participation au challenge Lunes d’encre initié par le sieur A.C. de Haenne.

 

Patricia Cowan, née en 1926, vit aujourd’hui en maison de retraite. Ses souvenirs sont confus et s’emmêlent. Elle a la nette impression d’avoir vécu deux vies, et d’avoir eu de nombreux enfants. Dans une vie, Patricia épouse Mark, un homme qu’elle ne connait pas vraiment. Et qui se révèle tout simplement horrible. Et dans l’autre vie, elle rencontre la formidable Béatrice. Nous suivons au début la seule et unique Patricia jusqu’au point de dédoublement. Ensuite, les chapitres alternent entre deux Patricia, deux vies, deux époques. Et aussi deux Histoires. Car, dans chaque vie, l’Histoire évolue différemment. L’uchronie en toile de fond est parfaite, avec d’un côté l’âge du Progrès, de l’autre, l’âge du nucléaire. L’histoire revisitée nous apporte son lot de réflexions quant à l’avenir de notre civilisation.

Mais l’essentiel du roman réside surtout dans la personnalité de Patricia, qui, à travers  Pat et Trish, nous fait vibrer à chaque page. Curieuse, rebelle, forte, pleine d’espérance, Patricia est simplement humaine. Et nous aussi. Ce qui nous permet de vivre avec elle les épreuves que lui apporte la vie. Par son intermédiaire, nous vivons une histoire personnelle et en même temps universelle.

C’est un récit bouleversant, une ode à la Vie, à la Femme, à l’Humanité. Les thèmes chers à Jo Walton sont là, l’amour libre, la liberté sexuelle, le féminisme, l’émancipation, l’ouverture aux autres, la participation citoyenne. Ce livre est une magnifique biographie. Sous la plume de Jo Walton, les  enfants et petits-enfants de Patricia sont tous attachants et poignants. Le temps, inexorable, suit son cours. Les uns restent, les autres partent. Une réelle empathie se crée avec sa famille. La fin, un peu abrupte, ne m’a pas dérangé (peut-être parce que j’ai terminé par le chapitre un). « Mes vrais enfants » est un roman puissant et envoûtant.

Encore merci à Lunes d’encre et à Gilles Dumay 😉

Amazing Future Tales Pulp-O-Mizer Cover

Gillen Azkarra

Gillen Azkarra

Après avoir baroudé de nombreuses années en Euskara (Pays basque), Gillen Azkarra décide de s’installer en banlieue parisienne, afin de s’adonner à ses deux passions, les livres et la science-fiction. Travaillant dans une bibliothèque universitaire, il rédige dans le plus grand secret une histoire galactique porno SF en langue basque, l’œuvre de sa vie et son désir le plus ardent.

Un commentaire

  1. Ca donne très envie ! Ca tombe bien, il fera très bientôt partie de mes lectures !

    A.C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *