Mad Max, le jeu – La ferraille ça vous gagne !

Cet article fait partie de notre dossier consacré à Mad Max, dont le sommaire se trouve ici.

Mad Max le jeu afficheLa saga Mad Max, ce ne sont pas seulement quatre films, un même réalisateur et deux acteurs différents pour le rôle. C’est aussi un guerrier de la route solitaire, torturé par son passé, un univers post apocalyptique à part entière, avec des courses poursuites mythiques en voiture en mode tuning complètement dingue. Et c’est aussi un jeu vidéo, sorti quatre mois après Fury Road. Attention ça va ferrailler dur !

 

Le monde tel qu’on le connaît n’est plus. Une photo de sa femme et sa fille sur le tableau de bord de son Interceptor, Max parcourt les terres désolées à la recherche d’essence, et des « Plaines du Silence ». Attaqué par « Scrotus le scabreux », un des fils d’Immortan Joe, et sa horde de War Boys, Max réussit à s’en sortir vivant, mais perd sa légendaire voiture. À l’aide d’un acolyte inattendu, il va tout faire pour la récupérer, et se débarrasser définitivement de Scrotus…

https://youtu.be/u7Mq0oa14q8

 

Dès l’introduction, on est impressionné par l’immersion visuelle et sonore que le jeu nous propose, un monde ouvert avec ses décors magnifiques à perte de vue, ses vestiges de la civilisation passée (bateaux, routes, stations essence, etc.), et la sensation grisante de pouvoir parcourir tout ça sans limites. Il s’agit néanmoins d’un monde hostile et vous croiserez régulièrement plusieurs factions qui ne viendront pas vers vous pour jouer à la balle ! Vous devrez aussi vous protéger des tempêtes de sable gigantesques et aléatoires qui arriveront de temps en temps.

Mad Max le jeu - paysage

Le jeu est très immersif !

Bien que scénaristiquement indépendant des films, le jeu est néanmoins principalement lié à Fury Road (et Mad Max 2, son père spirituel) tout en empruntant aussi de bonnes idées de Mad Max 3. Il va même plus loin puisqu’il étend leur univers. Si on a vu les films, on nage en terrain connu, et ce n’est pas pour nous déplaire. On retrouve ainsi les War Boys, les vautours, les camps et les tempêtes, mais aussi de nombreux véhicules. On découvre des lieux comme Pétroville, seulement évoqué dans Fury Road, et de nouveaux personnages.
Le scénario est divertissant et assez respectueux des codes de la saga, tant dans le style des personnages que dans le fardeau porté par Max, mais on s’attendait peut-être à quelque chose de plus soigné. En effet, bien que proposant son lot d’adrénaline et des scènes parfois assez marquantes, il demeure tout de même un peu décevant, car assez court, et peine à proposer des personnages auxquels on peut vraiment s’attacher.  De plus, certaines incohérences volontaires viennent entacher un peu le tableau. L’autre point négatif concerne la mise en scène au cadrage hésitant et saccadé, un comble quand on voit la réussite de Fury Road à ce niveau-là. Mais Mad Max a d’autres cordes à son arc…

Mad Max le jeu - Scrotus

Scrotus le Scabreux

Au-delà du scénario principal, Mad Max propose des missions annexes venant principalement des chefs des forteresses rencontrés dans chaque région, ainsi que des mini-quêtes lors des rencontres avec certains informateurs. Le système de jeu peut s’apparenter à une « guerre de gangs », où un certain nombre d’endroits sont à explorer, des camps et des convois à la solde de Scrotus à prendre d’assaut, des snipers à tuer et des épouvantails (marque du territoire) à détruire, ou encore des « courses à la mort » contre d’autres concurrents. Chaque victoire fait baisser une jauge d’influence de Scrotus dans la zone. Mais vous ne resterez pas tout le temps dans votre voiture et les combats au corps a corps sont nombreux, très brutaux et bien pensés, hérités du système « Free Flow » des jeux Batman Arkham récents. Toutes ces activités vous rapporteront de la ferraille, la monnaie du jeu. Et croyez-moi vous allez en manger de la ferraille ! Cela permettra à Chumbucket, votre « collègue » d’infortune ressemblant au bossu de Notre-Dame, et accessoirement mécanicien talentueux, d’améliorer votre voiture (carrosseries, jantes, moteurs, blindage, armes etc.), votre équipement (veste, fusil, ceinture de munitions), et même améliorer les forteresses, qui serviront de refuge. Max pourra aussi compter sur Griffa, un personnage mystérieux qui lui permettra d’améliorer ses compétences. Chum pourra aussi utiliser le grappin, particulièrement efficace pour accrocher et arracher toutes sortes de choses (portières, pneus, portails, obstacles et même des ennemis) depuis votre voiture et pendant une course poursuite! Au fur et à mesure de votre avancée, de nouvelles zones deviennent accessibles, et si vous avez une « collectionnite aiguë », vous allez passer beaucoup de temps à explorer chaque recoin de la carte. Bonne chance pour tout explorer à 100 % ! (Pour info, on peut frôler largement les 100 heures !).

Mad Max le jeu - combats

On se retrouve parfois avec une dizaine d’adversaires en même temps !

Malheureusement on arrive aux limites du jeu, puisque ces quêtes annexes, bien qu’amusantes pendant quelque temps, deviennent extrêmement redondantes à la longue, et ne font pas plus avancer l’histoire. L’autre problème concerne la caméra, qui ne se recentre pas correctement et suit mal l’action lors des combats au corps a corps et poursuites en voiture, au point qu’on passe notre temps à la déplacer manuellement en permanence. Mais on s’y fait rapidement. On a découvert aussi un bug amusant où l’on pouvait changer le cycle jour / nuit en déplaçant la caméra. Mais ces quelques problèmes n’entachent pas pour autant le plaisir qu’on peut ressentir à « voir du pays ».

 

Trailer fait maison

https://youtu.be/uH0vf5Z3xY8

Conclusion

Avec sa réalisation technique et artistique excellente, Mad Max réussit à nous immerger dans son univers post-apocalyptique. Mais un scénario un peu décevant et la redondance de ses missions secondaires et quêtes annexes (qui ne sont cependant pas obligatoires) ne joue pas en sa faveur. Le jeu reste malgré tout très jouissif et on passe un très bon moment à parcourir les terres désolées.

Mad Max le jeu – Avalanche Studios – Warner Bros – disponible sur PC, PS4 et XBOXone

Thomas LEROUX

Thomas LEROUX

Passionné de ciné (fantastique, science fiction, mais pas que), séries, animes, jeux vidéo etc. Thomas Leroux cherche la petite bête partout où elle se cache. Accessoirement, il est aussi co-créateur (avec Gillen Azkarra) et administrateur du site Le Mont des Rêves ! (mais pas que...)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *