Rogue One : A Star Wars Story – La Force est fluctuante !

Article mis à jour le 24 avril 2017

Rogue One : A Star Wars story afficheRogue One : A Star Wars story est sorti depuis maintenant près d’une semaine, la plupart des fans l’ont certainement déjà vu en salle. De notre côté, nous y sommes allés en duo, et ce sont donc deux avis radicalement différents qui vous sont proposés ici. N’hésitez pas vous aussi à nous donner le vôtre dans les commentaires.

 

 

 

Gillen Azkarra

Avis de Gillen Azkarra

Pour ma part, je n’ai pas vu le temps passer. Mes attentes n’étaient peut-être pas à la hauteur de celles de Thomas. Rogue One fait glisser l’univers de Star Wars dans un univers d’espionnage avec en toile de fond de belles batailles spatiales. L’histoire se tient, le scénario est plutôt solide. Le spin-off nous raconte l’histoire de ces obscurs rebelles qui ont dérobé les plans de l’Etoile Noire. Je rejoins Thomas sur les personnages qui véhiculent assez mal les émotions. Difficile donc d’éprouver de l’empathie lors du sacrifice de ces héros de l’ombre. Mais en faisant abstraction de ce bémol, je ne me suis pas ennuyé une seule seconde. Rogue One est rythmé, les plans s’enchaînent relativement bien, les batailles spatiales sont réussies (sense of wonder powa), et je n’y ai pas trouvé de mouvements de caméras désordonnés. Considérant les problèmes rencontrés pendant le tournage, chapeau ! Et concernant la bo, le compositeur Michael Giacchino a bien relevé le défi. La musique est belle, innovante, émaillée de certains thèmes facilement reconnaissables. Rogue One est une bonne surprise avant les fêtes de fin d’année.

Rogue One : A Star Wars story team

Une partie de l’équipe de Rogue One

 

Thomas LEROUX

Avis de Thomas Leroux

Après un second visionnage, mon avis est plus tempéré. Je ne retire pas mes remarques concernant les personnages (voir ci-dessous), mais j’ai pu apprécier les scènes de batailles vers la fin du film, contrairement à la 1ère fois, où je m’étais ennuyé. Cela n’enlève cependant pas les principaux problèmes que j’ai relevé, ce qui fait que Rogue One est pour moi plus intéressant que Star Wars VII pour son scénario à part, mais lui reste largement inférieur à cause de la faiblesse du traitement de ses personnages et de leur interprétation.

Et moi je n’ai tout simplement pas réussi à rentrer dans le film, tant celui-ci semble avoir tout fait pour m’en empêcher. Je voulais l’apprécier, le concept de montrer l’équipe d’ « expandables » qui vole les plans de l’étoile noire est très intéressante, et je n’avais volontairement lu aucune critique à son sujet, tout juste une rumeur des projections test qui parlaient du jeu inégal de l’actrice principale Felicity Jones. Je pensais que c’était simplement l’éternelle plainte de « haters » en puissance. Mais force est de constater que ce Rogue One souffre de deux très gros points noirs intimement liés.

La caractérisation des personnages est très bancale. On sait que l’équipe de rebelles qui constitue Rogue One est vouée à réussir sa mission (sans quoi il n’y aurait pas d’épisode IV) mais aussi à ne pas réapparaître dans la suite de la saga. Alors était-il nécessaire pour autant de rendre ces héros de la rébellion aussi anecdotiques ? La difficulté était justement de réussir à rendre ces personnages attachants. Et malheureusement ce pari n’est pas réussi. Les enjeux de chaque personnage sont à peine effleurés, y compris pour les plus importants. Leur sort ne nous captive donc pas vraiment, d’autant que tous ces personnages manquent cruellement d’émotions, d’âme, tout y est froid. Ce qui nous amène au 2ème problème.

Impossible de ressentir la moindre empathie envers ses héros qui se contentent de faire ce qu’on leur a dit de faire, à commencer par Jyn Erso, qui véhicule à peu près autant d’émotions de Sam Worthington dans Le Choc des Titans (comprenne qui pourra), victime du syndrome O-Cedar. Le contraste avec le personnage de Rey (Daisy Ridley) dans l’épisode VII, pétillante et ayant soif d’aventure, est flagrant. Certes les personnages de Rey et de Jyn ne sont pas les mêmes et ne sont pas censés avoir le même caractère, mais le manque de vie et de motivation de cette dernière casse l’implication du spectateur. Et ceci est valable à plus ou moins grande échelle pour le reste du casting. Quand on s’aperçoit que le personnage le plus « vivant » de toute l’équipe de Rogue One, celui qui se détache des autres par ses remarques acides ou amusantes, se trouve être le droïde K-2SO, on se dit qu’il y a tout de même un problème.
Le tandem Rey / Finn de l’épisode VII fonctionnait bien parce qu’il y avait un rapport conflit / complicité entre eux qui créait un minimum d’empathie pour ces personnages, et ce, même s’ils étaient complètement nouveaux dans l’univers Star Wars. On ne trouve malheureusement rien de tel dans Rogue One.
Dès lors, le parcours de ces personnages devient long, très long…malgré les batailles spatiales ou les scènes de bravoure, on s’ennuie ferme. Seul le final est poignant, sublimé par la musique, mais je ne parle ici que de 30 secondes. 30 secondes d’émotion sur 2H14 de film…

Le Mont des Rêves

Le Mont des Rêves

Si vous voyez ce cadre, c'est que cet article a été écrit au moins à quatre mains, qui ont fusionné pour donner naissance au Mont des Rêves ! :D

2 commentaires

  1. J’ai passé un bon moment mais ça s’arrête là… en dehors d’une flopée de nouveau personnages dont on pense qu’ils vont tous y passer, il n’y a vraiment pas vraiment de surprises… tout est balisé, on est en territoire ou les scénaristes ne font même pas l’effort pour trouver un final original… tellement ridicule et mille fois vu !
    Et oui, Thomas, en effet c’est le Droïde K-2SO le plus attachant, un comble quand même !
    En ce qui me concerne j’ai, et de loin, préféré l’épisode 7.

    • Oui moi aussi j’ai largement préféré le 7. Malgré toutes les critiques qu’il a eu, je trouve que les personnages sont crédibles et le film se regarde avec plaisir, parce qu’on s’attache aux personnages (aux moins aux principaux en tout cas).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *