Terminator 2 3D – Toujours aussi culte !

Terminator 2 3D afficheNous avons eu l’occasion de revoir Terminator 2 lors de sa ressortie au cinéma en version restaurée en 4k et convertie en 3D ! Outre les qualités du film qui en font un classique du genre, casse-t-il toujours autant la baraque ? Et quid de la raison principale de cette ressortie, la 3D ?

 

Doit-on vraiment encore raconter l’histoire de Terminator 2 ? Toujours est-il qu’à peu près un an après son annonce, la version restaurée 3D du film culte de James Cameron est ressortie le 25 août aux Etats-Unis. En France, c’est dans le cadre des rendez-vous « Il était une fois » proposés par Gaumont / Pathé, que le film a été projeté en séance unique le 14 septembre, précédé d’une présentation filmée de Philippe Rouyer de quelques minutes.
Si vous l’aviez manquée, sachez qu’après plusieurs reports (2 octobre, puis 31 octobre…), cette version est finalement disponible en Blu-ray 3D le 5 décembre 2017.

Que proposait donc cette nouvelle projection de 2017 ? Tout d’abord, il ne s’agit pas de la version longue, mais de celle sortie au cinéma (137 minutes), notamment parce que Cameron préfère cette version. Mais on pense aussi et surtout pour des raisons de coût, car logiquement plus le film est long, plus la conversion est longue et chère. Cameron en a profité aussi pour corriger quelques petits défauts, notamment le fameux plan du cascadeur qui remplace Schwarzy, lorsqu’il récupère John Connor durant la course poursuite en moto. Ici, le visage d’Arnold a été ajouté numériquement. Le film voit aussi sa colorimétrie modifiée, boostant les contrastes et donnant à Schwarzenegger un teint de peau moins rose et plus cireux. Certaines personnes vont crier au scandale, mais il est vrai que (concernant le contraste) la 3D demande plus de luminosité, ce qui pourrait expliquer ce changement. Enfin, un nouveau mixage sonore est proposé, plus moderne (plus de graves, moins d’aigus), qui va certainement plaire aux nouveaux spectateurs, mais peut-être moins aux vieux de la vieille. En effet, les sons métalliques caractéristiques de la musique composée par Brad Fiedel semblent moins présents.

https://youtu.be/EJRpKF3eJXo

 

Concernant Terminator 2 en lui-même, c’est toujours une claque inégalée, tant au niveau de la mise en scène dynamique et millimétrée (chaque scène d’action est une tuerie, au sens propre comme au figuré !) que d’un point de vue technique (les effets spéciaux et visuels, déments à l’époque, sont toujours aussi impressionnants, même si certains plans accusent leur âge). Le scénario est solide, les enchaînements sont cohérents, les personnages ne sont pas décérébrés et ne font pas d’actions stupides. Bref, tout ce qu’on ne retrouve plus vraiment de nos jours…

Terminator 2 3D - le T1000 (Robert Patrick)

Bienvenue dans la fonderie ! (Robert Patrick)

Contrairement à ce qu’on peut croire, T2 contient en fin de compte peu de plan numériques, car toutes les cascades (y compris la course poursuite en hélicoptère) ont été faites pendant le tournage, et beaucoup de maquettes sont utilisées, notamment pour la célèbre séquence du jugement dernier, où tous les bâtiments sont soufflés par l’attaque nucléaire de Skynet. Même lors de la scène avec Sarah Connor et le T1000 se faisant passer pour elle, il s’agit de Linda Hamilton et de sa sœur jumelle !
26 ans après sa sortie, la restauration en 4k donne un nouveau souffle à Terminator 2, avec une netteté inégalée qui accentue les détails à l’image, particulièrement lors des gros plans sur les visages.

Terminator 2 3D - le T800 (Arnold Schwarzenegger)

Ce genre de plan fait mouche en 3D (Arnold Schwarzenegger)

Supervisée par Cameron « himself », la conversion du film en 3D, sans être indispensable (le film se suffit déjà à lui-même), apporte tout de même un plus. Car, tout comme Jurassic Park, sorti deux ans plus tard (et converti lui aussi en 3D il y a quelques années), Terminator 2 contient de nombreux plans exploitant énormément la profondeur de champ, et donc propices à la 3D. Rien que le plan du générique d’ouverture avec le crâne du Terminator entouré de flammes donne le ton. Certes ce relief n’est pas systématiquement bon durant tout le film, puisqu’il est tributaire des plans, mais il faut reconnaître que certaines scènes sont particulièrement impressionnantes ! Et on ne parle pas spécialement des grosses scènes d’action, mais plutôt des moments plus intimistes, comme lorsque Sarah Connor hésite à tirer sur Miles Dyson chez lui, devant sa femme et son enfant. La tension est palpable !

Terminator 2 3D - Sarah Connor (Linda Hamilton)

La performance de Linda Hamilton est démente !

D’ailleurs, il faut noter la performance démente de Linda Hamilton (Sarah Connor), incroyable de justesse, ainsi que Robert Patrick (T1000) en implacable et froide machine à tuer. Schwarzy en colosse avec ses pointes d’humour involontaires (dans son rôle) est nickel. Edward Furlong est quant à lui inégal, souvent crédible, mais dont quelques répliques sont parfois surjouées. En même temps il avait 13 ans…

 

Conclusion

On ne reviendra pas dessus, Terminator 2 est un classique indémodable, et revoir ce film culte restauré en 4k fait vraiment plaisir. La conversion en 3D, quant à elle, sans être indispensable, est quand même la bienvenue en sublimant certains plans.
Et même s’il ne s’agit pas de la version longue, le tout propose une expérience énorme, que tout fan se doit de voir !

https://youtu.be/nFEUeDqN66I

Terminator 2 – Judgment day 3D – Réal : James Cameron – sorti en 1991 / sept – déc 2017

 

Recettes pour ne pas vieillir

Thomas LEROUX

Thomas LEROUX

Passionné de ciné (fantastique, science fiction, mais pas que), séries, animes, jeux vidéo etc. Thomas Leroux cherche la petite bête partout où elle se cache. Accessoirement, il est aussi co-créateur (avec Gillen Azkarra) et administrateur du site Le Mont des Rêves ! (mais pas que…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *