Dimension Uchronie 1 – Une anthologie réussie !

Dimension Uchronie 1 afficheAu menu aujourd’hui, je vous propose un peu d’Uchronie. Pas la peine de vous expliquer ce que c’est, j’imagine que vous connaissez. On change l’Histoire, on trouve un point de divergence, et s’en suit une Histoire qui n’est pas telle qu’elle aurait dû être. Des uchronies célèbres : Fatherland, de Robert Harris, Le Maître du Haut-Château, de Philip K. Dick, ou encore Roma Aeterna, de Robert Silverberg. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez vous procurer le fameux guide de l’Uchronie, de Karine Gobled et Bertrand Campeis, aux éditions ActuSF. Un guide complet et riche qui plaira à tous les amateurs d’Uchronie. Tiens, ce nom, Bertrand Campeis, ne m’est pas inconnu…

 

Effectivement, ce féru d’Uchronie a encore frappé. Et rajoute une contribution uchronique sur son cv. Vient de sortir récemment, chez Rivière Blanche, l’anthologie Dimension Uchronie volume 1.
On y retrouve quinze nouvelles, dont une nouvelle américaine de Jerry Oltion, traduite par Hermine Hémon et Erwan Devos. L’ensemble est surprenant et permet de voir le travail et la richesse que l’on peut puiser dans cette ressource infinie nommée Uchronie.

Je vous laisse le soin de les découvrir mais vous ne serez pas déçu par le menu. Vous plongerez dans un futur lointain avec Nouvelle-Sparte, d’Emilie Chevallier Moreux, texte court et humoristique qui entame le recueil de très bonne manière. Pour l’honneur de Rome, de Jean-Claude Renault, nous emmène au temps des Romains, avec quelques subtilités historiques. On y retrouve un certain hommage à l’écrivain Robert Silverberg. Petit apparté, l’auteur a sorti récemment aux Editions Nestiveqnen, l’Héritage du docteur Moreau, en deux volumes. Qui aime le steampunk, l’Uchronie, Jules Vernes et compagnie, y trouvera son bonheur. Nova Lua, de Clémence Godefroy, est une nouvelle très émouvante sur la spiritualité et le syncrétisme religieux. Elle part du postulat que d’une autre Histoire découle peut-être de nouvelles religions. J’ai bien aimé aussi Le Festival des Dragons de Tenochtitlan, de l’autrice Tesha Geriaki. On y retrouve son univers des chroniques de Mannaz. De l’humour, du cynisme, encore une nouvelle bien travaillée. Sans compter sur la participation de Pierre Léauté, auteur de la série des Temps Assassins, Emmanuel Chastellière et Sara Doke. Je ne connaissais pas Louis Gastebois. J’ai fait donc son heureuse connaissance à travers Projections, qui m’a tenu en haleine du début à la fin. J’ai bien apprécié l’ambiance. Et l’univers uchronique révélé par Louis Gastebois est assez effrayant (ha ha ha). Lisez et vous saurez.

Conclusion

Pari réussi pour cette première anthologie. J’ai apprécié la balade temporelle d’époque en époque, à découvrir de nouveaux mondes, imaginer aussi de nouvelles civilisations créées suite à un point de divergence. Dimension Uchronie est un parfait recueil à picorer avant de s’endormir pour faire de doux rêves uchroniques.

Deux autres volumes sont prévus pour la suite. Et nous en parlerons bien évidemment.

Je laisse les derniers mots au cher anthologiste, concernant la seconde illustration : « Après une statue de la République triomphante sur les Champs Elysées (anciennement Champ de Mars), vous découvrirez une statue symbolisant un japon bien différent de celui que nous connaissons, avec la représentation d’une Onna-bugeisha (femme combattante issue de la haute société), Nakano Takeko, qui changea l’issue de la guerre de Boshin (guerre civile japonaise). » Quant à la troisième couverture, nous verrons ça lors de la parution du volume 2.

Bonne lecture !

Le sommaire :

Illustration uchronique : Tiffanie Uldry
Préface : Vous savez qui.
Émilie Chevallier Moreux : Nouvelle Sparte.
Jean-Claude Renault : Pour l’honneur de Rome.
Clémence Godefroy : Nova Lua.
Florie Vignon : Gengis.
Sébastien Capelle : Le Non de la Rose.
Fabien Clavel : La Marche d’Almería.
Thomas Millet : L’Expédition perdue.
Tesha Gasiraki : Le Festival des Dragons de Tenochtitlan.
Pierre Léauté : Code Noir.
Marie Czarnecki : La cantatrice.
Emmanuel Chastellière : Un dernier thé en Antarctique.
Sara Doke : Léopard cha-cha.
Louis Gastebois : Projections.
Zoé Dangles : Celle qui glisse sur les ondes.
Jerry Oltion : Alerte rouge.
Interview de Jerry Oltion

Gillen Azkarra

Gillen Azkarra

Après avoir baroudé de nombreuses années en Euskara (Pays basque), Gillen Azkarra décide de s'installer en banlieue parisienne, afin de s'adonner à ses deux passions, les livres et la science-fiction. Travaillant dans le milieu du livre, il rédige dans le plus grand secret l'histoire galactique de l'univers en langue basque. "L'oeuvre de sa vie" précise-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.