Un retour en Terres Dunyachiennes

(Ou : Jean-Claude Dunyach n’absorbe-t-il vraiment que de l’eau ferrugineuse ?)

 

Jean Claude Dunyach - Portrait

Le MDR :  Bonjour Jean-Claude ! Plus qu’une interview à même de mesurer la Dunyactivity, je te propose un état des lieux de la planète Closter pour le site du Mont des Rêves. Et pour commencer, depuis la dernière fois, comment vas-tu (*) ?

 

J.C.Dunyach : C’est une période très agitée… En mal, parfois (un ou deux soucis de santé en cours de résolution) mais surtout en bien : de bonnes nouvelles côté littéraire – je termine un space-opera pour l’Atalante basé sur la nouvelle « Trois hourras pour Lady Évangeline » et j’ai divers projets pour l’étranger. Et surtout de bonnes nouvelles côté musique, dont je ne peux pas trop parler pour l’instant, mais qui m’excitent beaucoup.

Rajoutes-y le fait que je serai en cessation d’activité (pré-retraite) en mars 2019, autrement dit demain (plein de trucs à boucler avant de partir), et que je pars me ressourcer à Londres pour le réveillon, avec une liste d’envies longue comme mon bras… J’ai l’impression de faire du saut à l’élastique.

J’adore ça. Quand j’étais adolescent, je me suis promis que ma vie ne serait jamais ennuyeuse. C’est crevant, c’est souvent exagéré (je n’ai plus vingt ans, je devrais apprendre à ne pas trop me disperser, mais fuck !), mais c’est tellement mieux qu’une existence calme et monotone.

Tu as sorti récemment en 2015 et 2017, « L’instinct du Troll » et sa suite, « L’enfer du Troll ». Projettes-tu un 3ème tome, histoire d’avoir une petite trilogie ? Quels sont tes projets en cours et à venir au passage ?

 

Oui, il y aura un « Empire du Troll » en 2020, j’ai déjà entamé l’écriture et la pile de jeux de mots foireux atteint le niveau tsunami… Il y aura des dragons, des avocats, une crise financière et des parodies diverses. Les suspects habituels seront également au rendez-vous – ce n’est pas tout à fait Game of Thrones, ils ont de meilleures chances de survivre. Encore que…

Pour le reste, j’ai des novellas sur le feu et d’anciens projets dans lesquels je me replonge. Plus une ou deux nouvelles idées. Je vais avoir une retraite occupée.

Bon, justement, j’ai enfin pu lire « L’instinct du Troll » dernièrement et j’ai adoré ! Curieusement j’ai aussi bien pensé à Terry Pratchett que… la série « Lanfeust de Troy » d’Arleston et Tarquin (oui, oui, enfin le premier cycle de la bande dessinée, donc les 8 premiers tomes…). D’où t’est venue toute cette inspiration humoristique (« 50 nuances de grès » …joli, il fallait le faire !) imbriquée dans l’heroic-fantasy ?

 

L’inspiration, comme souvent, a été diverse et étalée dans le temps. Je suis un grand fan de Dilbert, le comic-strip qui se moque de la vie des ingénieurs et qui est ultra-populaire dans nos bureaux. Un jour, j’ai assisté à une réunion tellement déprimante que j’ai songé « c’est comme ça que les dinosaures ont disparu ! », ce qui a donné la nouvelle « Mémo pour Action » dans le recueil Dix jours sans voir la mer. Et un matin, sous la douche, j’ai essayé de réécrire dans ma tête Le Seigneur des Anneaux façon Dilbert, avant de rajouter un troll dans le tas. J’envisage d’ailleurs de créer une communauté de la boucle d’oreille, orientée LGBT.

Après, bien sûr, j’ai lu et relu Pratchett – j’adore sa méthode – et je connais Lanfeust et les Trolls de Troy (le tome qui parodie les Rolling Stones avec son sixpodes qui chante « Supercalifragilistiexpialidocious » est un pur moment de rock’n roll). Mais je crois que mon inspiration vient surtout de mon environnement de travail !

Je saute un peu du coq à l’âne mais il n’y avait pas une réédition prévue de ton « Roll over, Amundsen » (1993), prochainement ? As-tu remanié le livre par rapport à sa première édition ? Rajouté une postface, par exemple ? Je crois que ce roman a toute une histoire personnelle bien à lui, peux-tu l’évoquer un peu pour nous ?

 

Avant de rééditer le premier, je veux surtout écrire le tome 2 et dernier (« Une scène pour Amundsen »), qui est prêt dans ma tête. J’ai écrit quelques passages, j’ai un vague plan, mais je partirai à l’aventure… J’ai écrit le premier comme une impro, le second sera pareil.

La musique (tous les genres ou presque) a joué et joue un rôle majeur dans ma vie. J’ai été un guitariste chanteur (le monde n’était pas prêt, moi non plus…) et je reste un parolier actif, avec mon complice et ami de cœur Norbert Wilhelm (plus de 250 chansons ensemble au compteur !). Donc j’ai rassemblé suffisamment d’anecdotes vécues pour me sentir à l’aise là-dedans. Ça sera une gourmandise d’écriture, un de ces jours… Mes potes musiciens attendent ça avec impatience.

(Et pour info, il y a des gens vivants qui sont des personnages du bouquin…Mais chut !)

Une autre sauterie (c’est le cas de le dire !) pour le coup : Comme je te suis sur Facebook et que ce n’est probablement pas forcément le cas de tous tes lecteurs, je crois que tu avais écrit par pur amusement une nouvelle érotique en ligne, non ? Là aussi peux-tu en parler un peu ? Une sortie sur papier de prévue en tirage limité prochainement (je verrais bien La Musardine éditer ça…) ?

 

Pas une nouvelle, un roman entier… Je voulais juste savoir si j’en étais capable – au début, ça avait représenté une espèce de défi. Écrire un roman porno, tendance BDSM, en essayant de soigner le style et les descriptions sensorielles.

Donc j’ai finalisé la chose en septembre de cette année, j’en ai fait un livre numérique (avec une magnifique couverture et deux photos intérieures signées BénéYann Photography, allez voir leur page Facebook, c’est superbe). J’ai pris un pseudo totalement inconnu et j’ai mis ça en ligne sur Amazon comme ouvrage autoproduit, persuadé que je n’en vendrais pas un (il y a eu 81 autres bouquins érotiques comme le mien déposés ce jour-là, tu imagines la partouze).

Je me trompais, j’en ai déjà vendu plus de cent, et ça continue… À plus de soixante balais, je viens de trouver ma voie : raconter des bêtises (le Troll) et des trucs cochons…

J’en ferai peut-être un tirage papier collector, pourquoi pas (peut-être via Amazon print-on-demand). Mais, franchement, c’est juste un exercice de style. Pas de quoi grimper aux rideaux.

Pour les obsédés qui me lisent (j’ai les noms), le bouquin s’appelle Susan en Images (de Lucy A. Arman) et on le voit ici :

https://www.amazon.fr/Susan-en-Images-Lucy-Arman-ebook/dp/B07J49P93B/

Ou ici, pour ceux qui n’aiment pas Amazon, ou qui préfèrent un ePub :

https://www.smashwords.com/books/view/899982

Voilà, je pense que nous avons fait le tour de cette mise à jour Dunyachienne. Je ne reviens pas sur la suite d’Étoiles mortes/mourantes, on aura bien le temps de voir venir… Je te dis à l’an prochain !

 

L’an prochain dans cette galaxie… Ou une autre ?

——–

(*) Interview réalisée à la toute fin de l’année 2018.

Nio Lynes

Nio Lynes

Lecteur assidu de SF, chroniqueur et illustrateur autodidacte, Nio est tombé dans les mondes imaginaires depuis son plus jeune âge. Depuis il tente à chaque fois comme tous les soirs de conquérir le monde. Mais en vain ! Voir son blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.