Les Temps Assassins – Pierre Léauté

Les Temps Assassins I - Rouge VerticalPour célébrer le mois de l’imaginaire, nous avons commencé par l’interview de l’écrivain Pierre Léauté. Poursuivons avec la chronique de Rouge Vertical, premier tome de la trilogie des Temps Assassins. Disons-le tout de suite, cette trilogie est une grande fresque uchronique. J’ai passé de nombreuses heures de lecture, plongé dans un univers d’une grande richesse.

 

Ce premier tome nous offre une belle et sulfureuse héroïne : Milady de Winter, comtesse de la Fère, alias Charlotte Backson. On connaît le personnage grâce à Alexandre Dumas et à ses trois célèbres mousquetaires. Et on connaît aussi la triste fin de Milady – une scène poignante, d’ailleurs, dans le film de 1948. Et un rôle magnifiquement interprété par la belle Lana Turner.

Mais ici, dans Rouge Vertical, point de final dramatique pour Backson, mais une vie qui continue lorsque, pendue par le comte de la Fère, elle naît à nouveau et se rend compte de son immortalité. Une bénédiction ? Ou un fardeau ? Parfois l’un, parfois l’autre. Pour Milady, les cartes sont à nouveau sur la table. Et plus d’illusions et de chimères. Elle se réveille à l’aube, dans la brume, et l’impensable s’est passé. Elle vivra, et jamais ne mourra. Elle doit faire avec. Elle ne le sait pas encore, mais elle va rencontrer un monde nouveau, vivre une nouvelle existence où ses points de repères, ses attaches, se sont noyés dans sa vie précédente. Elle rencontrera d’autres immortel.elle.s, la mystérieuse Abby Fierce, et intégrera l’étrange compagnie de l’Horloge, traversera la vie comme la trajectoire d’un tourbillon.

Les phrases de Pierre Léauté sont vivantes. On avance dans l’ouvrage avec délectation, et celui-ci révèle tout du long une narration trépidante, sans vraiment de temps mort, avec quelques rebondissements bien placés. C’est un récit bien ciselé et chaque détail compte. Travail difficile dans le cadre d’une trilogie. D’une époque à une autre, l’auteur distille sa connaissance de l’Histoire et nous montre qu’il aime jouer avec les siècles passés. Pour le plus grand bien des lecteurs.

Ici est abordé avec fraîcheur le voyage dans le temps. Notons que l’uchronie est multiple et change du classique point de divergence. L’auteur amène subtilement le lecteur à une réflexion autour de l’Histoire et ses périodes favorites. De la période antique à l’histoire contemporaine, en faisant un petit tour en plein cœur de la Révolution française, Charlotte Backson entame un long voyage semé d’embûches.

Sa vision du monde remise en question, il faut repartir de zéro. Il faut aussi oublier ses propres certitudes, ébranlées par sa destinée inattendue. Milady de Winter n’a pas eu une vie facile jusqu’à sa « première » mort et son retour du néant. Son penchant pour la duperie, les meurtres et le mensonge ne m’a pas empêché d’éprouver au final une certaine empathie envers Charlotte Backson, qui, jusqu’à la fin et bouleversée par ce destin qu’elle n’a pas choisi, se pose des questions, se demandant parfois si elle n’est pas maudite.

Conclusion

Rouge Vertical est donc un très bon roman, audacieux, qui allie réflexion, aventure et divertissement. La jolie plume de l’auteur nous plonge facilement dans un récit où le souffle romanesque et épique tourne les pages naturellement. Rendez-vous donc avec le tome 2.

Le poulpe nantais

Le poulpe nantais

Après avoir baroudé de nombreuses années en Euskara (Pays basque), le poulpe nantais décide de s'installer en Bretonnie, afin de s'adonner à ses deux passions, les livres et la science-fiction. Travaillant dans le milieu du livre, il rédige dans le plus grand secret l'histoire galactique de l'univers en langue basque. "L'oeuvre de sa vie" précise-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.